• Dictionnaire

    Dictionnaire

  • Vieux ... presque comme le monde

     

    Bonjour à tous !

      L’autre jour je lisais Candide de Voltaire et le protagoniste du roman évoquait une voiture. Voltaire connaissait donc déjà ce mot au 18ème siècle. C’est pourquoi j’ai décidé d’effectuer des recherches dessus et de partager cela ici ! (cliquez sur les images pour mieux les voir)

     

     En effet, le mot voiture ne date pas d’hier, même si l’invention que l’on connaît aujourd’hui est récente. Voiture

    C’est au début du 13ème siècle qu’apparaît sa première étymologie pour signifier « charge que l’on transporte » ou « action de transporter ». A l’époque la langue est latine et on parle de vectura qui est un dérivé du verbe vehere qui veut dire « aller ». Avec le temps, le mot se déforme, il devient veicture puis voiture à la fin du 13ème siècle. Sa signification est alors « caisse ou plate-forme montée sur roues, tirée ou poussée par un être animé, et servant au transport ».

     

     Aujourd’hui le mot voiture est un nom commun féminin.  On lui donne comme synonyme automobile ou bien caisse et bagnole dans l’argot Français.

    La voiture est un véhicule de transport à roues. C’est un mode de déplacement moderne et rapide qui fait partie intégrante de notre quotidien. En effet avec le développement des couronnes périurbaines autour des villes, les voitures permettent d’assouvir ce besoin de liberté. De plus elles sont utilisés pour se rendre au travail ainsi qu’en vacance et permettent donc un développement économique du pays.

    On recense 1 milliard de véhicule avec une grande partie voitures. L’Europe en comptait 370 millions avec une progression de 15% de 2005 à 2013. C’est au Etats-Unis que ce taux est le plus élevé avec 884 véhicules motorisés pour 1000 individus. En France, c’est 38 millions de véhicules pour 65 millions d’habitants. Ces chiffres sont trouvés sur ce siteVoiture

    VoitureLa voiture est le moyen de transport le plus utilisé. Il n’en n’est pas moins le plus dangereux. En 2011, le nombre de tués en voitures était de 3963 contre seulement 12 en train et 0 en avion. Sur la totalité des moyens de transports (cycliste, piéton, poids lourds et mots inclus) durant l’année 2011 c’est 3 morts sur 4 en voitures. Plus de renseignements ici .

    Les voitures ont donc une place prépondérante dans nos sociétés et elles n’ont pas toujours été aussi dangereuses. C’est lors d’une évolution contrastée que les voitures sont devenus ce qu’elles sont aujourd’hui. Du 13ème au 17ème siècle l’automobile n’évolue pas : elle reste une charrette tiré par un âne ou des chevaux. C’est en Angleterre que se développe l’automobile à vapeur en 1850.  Quelques années plus tard, au début du 20ème siècle né la Ford T et grâce au Voituredéveloppement du travail à la chaîne. Les caractéristiques sont

    C’est 30 ans plus tard que la parution de différents modèles de voiture sur le marché explose. Grâce à l’entre deux guerres puis les trente glorieuses, deux périodes économiques prospères, naît la coccinelle, la 2 CV, la DS ou encore la Fiat 500. Pour tout savoir : caractéristiques !

     

    C'est tout pour aujourd'hui, j'espère que vous aurai aimé,

    Kips0 !

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  Le complémentaire de la démocratie

     

    Bonjour à toutes et à tous !

     

    Les politiciens prennent souvent dans leurs discours "République" comme synonyme de "Démocratie libérale". Ont-ils raisons ou tort ? Dans une première partie je présenterai ce qu’est la République puis ce qu’est la Démocratie libéral. Dans une seconde, nous nous attarderons sur les symboles de la République Française.

     

      République, du latin « res publica »signifie en cette langue « les affaires, la chose publique ». En effet, elle se définie comme un état dans République lequel la souveraineté appartient à tous les citoyens et est exercée en leur nom par des représentants qu'ils élisent (ceci s’approche de la Démocratie représentative article précédent).

    On peut facilement décomposer  « res publica» en deux parties. Du latin « publicus » signifiant : qui concerne le peuple, qui appartient à l'état et de « Loca publica » étant les endroits publics, République prend le sens d’état ou l’on n’obéit seulement aux lois mais aussi de ce qui est porteur des affaires publiques. De l’autre côté le mot "res" porte deux sens : il désigne une chose, une affaire, un fait une circonstance ou encore le fait, l'acte, la réalité, le bien, l'intérêt, l'avantage…

    Vous l’aurez compris, la République est une forme d'organisation politique dans laquelle les détenteurs du pouvoir l'exercent en vertu d'un mandat conféré par le corps social.

     

     

       La DémocraRépublique tie libérale apparait pendant la Guerre Froide en opposition à la Démocratie populaire (communisme) pour désigner les systèmes politiques démocratiques occidentales. Ces systèmes qui lient démocratie et libéralisme ont plusieurs caractéristiques comme garder des libertés individuelles, être basé sur le suffrage universel, la séparation des pouvoirs ou encore une économie capitaliste régie par la loi du marché. Pour plus d’explications, je vous conseille mon article précèdent qui concerne ce sujet.

    J’ai finalement réussi à comprendre : La République est une Démocratie alors qu’une Démocratie n’est pas une République. Dans une République il faut que le pouvoir soit détenu par le peuple. Pourtant s’il dirige un pays sans représentants c’est l’anarchie car les institutions ne peuvent supporter que tous interviennent personnellement. Alors, pour qu’une République fonctionne, il faut que le corps social élise ses représentants et donc faire un appel à une Démocratie. En revanche, la Démocratie n’est pas obligatoirement une République puisqu’elle peut disposer d’un roi. La Démocratie en est une, uniquement si la politique du gouvernement reste fondée sur le peuple.

     

       Je vous propose maintenant d’étudier de plus près les symboles qui font l’histoire de notre pays. La France est sous la 5ème République et plusieurs symboles la représentent. Notamment son drapeau tricolore, son hymne nationale, Marianne, la devise et la fête nationale.

     

    Fête nationale : 14 juillet (1789-90)

      Necker, ministre populaire est renvoyé par le roi Louis XVI en juillet 89. Ceci a pour conséquence de soulever le peuple Parisien. Le matin du 14 juillet, République ils prennent les armes aux Invalides, s’empare de la Bastille après une bataille et délivre les prisonniers. S’ensuit la capitulation du roi : il rappelle Necker et reconnaît les nouvelles autorités parisiennes : le maire Bailly et le commandant de la Garde nationale, La Fayette.

    Le 14 juillet 1790, eut lieu la démolition complète de la forteresse de la Bastille. Les Parisiens, le roi, la reine et des personnages importants célèbrent sur le Champ-de-Mars le premier anniversaire de la prise de la Bastille. C'est la Fête de la Fédération, qui consacre le succès éphémère de la monarchie constitutionnelle.

    Cette jours aux deux sens est vite oubliée jusqu'à ce que sous la IIIe République en 1880, le 14 juillet soit proclamé fête nationale. Elle met en avant le caractère patriotique et militaire de la fête. C’est depuis que cette date est devenue officiellement la fête nationale française et symbolise pour les Français la fin de la monarchie absolue et le début de la République.

     

    La devise : liberté, égalité, fraternité

     Apparu pendant la Révolution Française, notamment à travers la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, les notions de liberté, d'égalité et de fraternité sont souvent associées au siècle des Lumières.

    Comme beaucoup de symboles révolutionnaires, la devise tombe dans l’oubli sous l'Empire… A partir de 1793, les Parisiens, rapidement imités par les habitants des autres villes, peignent sur la façade de leurs maisons les mots suivants : "unité, indivisibilité de la République; liberté égalité ou la mort" mais ils sont bientôt invités à effacer la dernière partie de la formule trop associée à la Terreur. C’est finalement sous la IIIe République qu’elle redevient officiel. La devise est alors réinscrite sur le fronton des édifices publics à l'occasion de la célébration du 14 juillet 1880. Elle fait aujourd’hui partie de notre patrimoine national et est un symbole important.

     

    Drapeau tricolore : bleu, blanc et rouge

     Emblème national de la Ve République, le drapeau tricolore est né sous la Révolution française, de l’union des couleurs du roi (blanc) et de la ville de République Paris (bleu et rouge).

    En juillet 1789, une milice se constitue portant un signe distinctif : une cocarde bicolore composée des couleurs de Paris, le bleu et le rouge. Le 17 juillet, Louis XVI se rend à Paris pour reconnaître la nouvelle Garde Nationale. Lafayette, chef de celle-ci remet à son roi la cocarde bleue et rouge à laquelle il a ajouté le blanc royal. Aux premiers jours de la Révolution française, les trois couleurs sont donc réunies sous la forme de la cocarde pour faire face au combat.

    La loi du 27 pluviôse an II (15 février 1794) fait du drapeau tricolore un emblème officiel. Il est dessiné par le peintre Jacques-Louis David, avec pour consigne de rattacher le bleu à la hampe. C’est plus tard sous la IIIe République que le drapeau deviendra également officiel pour l’armée. 

     

    Le buste de Marianne : République

     Les premières représentations d'une femme à bonnet phrygien, allégorie de la Liberté et de la République, apparaissent durant la Révolution française sous l'appellation de Marianne. Prénom très répandu à l’époque du XVIIIe siècle, Marie-Anne représentait le peuple. Son bonnet était un symbole de liberté, il était porté par les esclaves affranchi en Grèce et à Rome.

    Sous la IIIe République, les bustes de Marianne se multiplient, en particulier dans les mairies. Plusieurs types de représentations se développent, selon que l'on privilégie le caractère révolutionnaire ou le caractère "sage" de la Marianne : le bonnet phrygien est parfois jugé trop séditieux (contre l'autorité établie) et remplacé par un diadème ou une couronne.

     

    L’hymne national : la Marseillaise

     La Marseillaise est le chant patriotique de la Révolution française, adopté officiellement par la France comme hymne République national en 1879. 

    Fin avril 1792, un jeune officier s’appelant Claude Joseph Rouget de Lisle, compose un chant de guerre pour donner courage et bravoure aux troupes françaises en guerre contre l'Autriche. En un mois, cette œuvre fait le tour de France et rejoint Paris en juillet 1792 avec les Marseillais venus défendre la patrie. Un nom lui est donné : La Marseillaise. Son succès est tel qu'il est déclaré chant national le 14 juillet 1795 mais c’est seulement en mars 1879, plus d’un siècle plus tard qu’elle est reconnue hymne national et devient un des symboles de la République française.

     

     

      J’ai choisis un contenu de qualité plutôt que de quantité, c’est pourquoi je n’ai pas abordé les symboles mineurs. Je n’ai également pas écris au sujet de l’évolution de la République Française à travers le temps, vous m’en excuserez…

     Si l’article a réchauffé votre âme patriotique, je vous conseille très fortement le site officiel france.fr ou encore elysee.fr ou j’ai principalement trouvé les informations sur les symboles de la République Française.

    Un grand merci d’être de plus en plus nombreux à me lire, malgré mon absence, une bonne journée à vous,

    Kips0 !

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique