• Histoire De l'Art

    Histoire De l'Art

  •   Un engagement artistique...

     

     

    Boris Vian (1920-1959) est un génie français. Ingénieur de son métier, il passe le plus clair de son temps au coté de la musique et l’écriture. Bref, Le Deserteurc'est un artiste. Son roman le plus connu est "L'écume des jours" écrit en 1947. Il reste un grand poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz, vivant à Paris.

    Le déserteur est une chanson écrite par Boris Vian en 1954. Il en a également Co-composé la musique avec Harold Berg. Cette chanson anti-militariste a été écrite alors que la France était en guerre en Indochine et s'apprêtait, la même année, à entrer dans un autre conflit en Algérie (guerre et décolonisation). Elle fût enregistrée le jour de la défaite de l'armée française lors de la bataille de Dien Bien Phu qui sonna le début de la fin de la guerre d'Indochine.

    Bien que Boris Via, la chante lui-même quelques temps plus tard, c'est Marcel Mouloudji qui en est le premier interprète. Il modifia certaines paroles avec l'accord de l'auteur. Notamment la chute de la chanson, à savoir : "Que je n'aurai pas d'armes Et qu'ils pourront tirer" à la place de "Que j'emporte des armes Et que je sais tirer" Ces paroles moins polémiques n’empêcheront pas la chanson d'être censurée, c'est à dire interdite à la vente et à la radio de 1954 à 1962. Mais elle sera diffusé grâce aux concerts.

    Cette œuvre engagé prend la forme d'une lettre adressé au président, en l’occurrence René Coty, avec pour sujet un soldat qui veux déserter la guerre

    Attardons nous maintenant sur une analyse musical, réalisé lors de mes cours de musique du collège.

    On y retrouve une structure de 4 quatrains réunis qui forme un strophe. La chanson comporte donc 3 strophes. Il y a une transition instrumental entre chacune de ces strophes.

    Le tempo est lent avec une pulsation qui est marqué comme pour montrer le caractère décidé du texte. La voix est seule et accompagné seulement de quelques instruments. C'est en réalité un petit orchestre de jazz composé d'un piano, d'une contrebasse, d'une batterie, d'une guitare et d'une trompette. Le choix d'un accompagnement instrumental léger permet de rendre audible le texte qui porte un message important, de le mettre en avant.

    Au niveau de la deuxième strophe on retrouve un autre message "Quand j'étais prisonnier, on m'a volé ma femme, on m'a volé mon âme et tout mon chère passé" qui évoque la détention, la souffrance physique, affective et morale de cet homme qui a souffert des précédentes guerres et qui ne veux plus revivre ces moments là. On remarquera aussi qu'a ce moment là l'accompagnement instrumental a changé pour illustrer musicalement les paroles avec une nuance forte.

    Pour finir, cette chanson engagé dans un combat contre la guerre (eh ouai t'a remarqué combat/guerre héhé ^^) peut-être comparé à l'engagement de Desnos dans certains de ces poèmes engagés contre les nazis.

    Merci de m'avoir lu,

    Kips0 !

     

    Pin It

    votre commentaire
  • L'art de dénoncer...

     

    Bonjour à toutes et à tous !

    L'histoire de l'art est une discipline ayant pour objet l'étude des œuvres dans l’histoire, et du sens qu'elles peuvent prendre. Aujourd’hui nous allons nous pencher sur Napalm, de Banksy !

    On commence l’article par la biographie de l’auteur suivi par le contexte historique du Street Art.

    Il est l’un des artistes urbains anglais parmi les plus secrets. Il serait né en 1974, dansNapalm les environs de Bristol au Royaume-Uni. Banksy est un artiste à la fois drôle et engagé. Très tôt il utilise la technique du pochoir. L’artiste pratique son art avec humour, comme médium de communication afin de déclarer son mécontentement de certains fait de société (guerre, famine…) Libre et insoumis, la rue est son lieu d’expression favoris care elle lui permet d’avoir la plus large audience possible. 

    Le Street Art, art par excellence de la fin du XXème siècle, est un mouvement artistique qui s’affiche dans « la rue » et s’adresse donc à un large public. Avec lui, l’espace urbain devient un support de création. C’est un art éphémère puisqu’il disparait à cause de saletés de la rue, du climat et de l’érosion du temps. Aujourd’hui des galeries et des musées lui sont consacrés. Il existe même des expositions qui lui sont dédiés et des ventes aux enchères. On comprend que le mouvement reflète la volonté d’expression de plusieurs générations d’artistes pour qui se rendre visible au plus grand nombre, laisser sa signature visuelle et s’affranchir des lois et des règles communes est devenu indispensable. On retient que pour eux, créer c’est s’exprimer et dénoncer.

    Je vous propose maintenant d’étudier l’œuvre par sa description, son analyse et le but de celle-ci.

    Napalm

    On observe trois personnages qui se tiennent la main. Au centre, notre regard est tout de suite attiré par une fillette d’environ 10 ans, de face, nue et amaigrie, le visage terrifié, entourée de deux autres personnages, la tenant fermement le poignet. A sa droite, un Mickey Mouse arborant son célèbre sourire, tel un masque de bonheur. Et enfin, à sa gauche un Ronald Mac Donald saluant joyeusement voir frénétiquement de la main gauche, on ne sait quoi ou qui (on suppose une foule de gens) comme lors d’une parade événementielle. On dégage quatre oppositions de l’image. Tout d’abord, une opposition de taille. En effet, la fillette semble minuscule entre les deux énormes mascottes Américaines. Mickey Mouse et Ronald McDonald sont deux personnages fictifs et rassurants contrairement au personnage réel et douloureux qu’est la fillette. Ils sont donc tous les trois opposés. Les couleurs très différentes nous offre l’avant dernière opposition. La position centrale de petite fille est renforcée par le noir et le blanc tandis que les deux autres sont en couleurs (noir et jaune). Finalement, une opposition de vestimentaire se déduit entre la silhouette dénudée de la fillette et les deux personnages en costumes les plus connus de l’empire Américain. 

    L’analyse de Napalm nous permet de dégager deux messages. Banksy essaie tout Napalmd’abord de nous transmettre un message antimilitariste. En effet, la fillette est un « copié-collé » de la célèbre photographie de la guerre du Vietnam. Nick Ut photographie un groupe d’enfant fuyant les explosions de napalm sur leur village pendant la guerre du Vietnam (1959-1975) NapalmLa fillette (Kim) exprime la douleur. Banksy dénonce la mort de civil et d’enfants «juste» pour des raisons économique et politique. 

    Le deuxième message est politique. Il dénonce l’impérialisme américains dans le monde (soit un stratège politique de conquête visant la toute puissance mondiale des USA) en utilisant les deux symboles fort du capitalisme qui sont Mickey Mouse chargé de l’industrie du bonheur et du rêve et Ronald Mac Donald qui incarne l’industrie alimentaire et donc la dénonciation de l’hyper consommation des classes moyennes.

    Banksy est un artiste engagé de pars les sujets qu’il aborde. Il prend parti pour ou contre des idées, des faits, des évènements passés ou contemporains ; Il brave les interdits en exposant dans l’espace urbain ses idées. L’image exposée dans la rue volontairement sans autorisation fait réagir et réfléchir. De plus cette œuvre est multipliée, ce qui remet en question le fait qu’une œuvre d’art puisse être unique.

    Merci d’être de plus en plus nombreux à lire mes articles, nous avons recemment atteint le nombre des 600 visiteurs ! J’espère que vous aurez appréciés ce sujet et que votre culture générale se sera enrichie…

    Kips0 !

     

     

     

    Pin It

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique