• Hors-Séries

    Hors-Séries

  • ENQUÊTE SUR GRENOBLE

     

    -HS- Enquête sur Grenoble

     

    SOMMAIRE

    I/ ETUDE GENERALE  

    A)   Le site de la ville de Grenoble

    B)    La situation de la ville

    C)    L’organisation générale de la région urbaine

    II/ LES QUARTIERS

    A)   Un quartier de la ville

    1. « la vieille ville »

    2. Le quartier Haussmannien

    B)    Des quartiers différents

    3. Un quartier de la ville

    4. Un quartier de banlieue

    Nota Bene : Lorsque j’ai rendu le dossier, il était entièrement rédigé. Pour simplifier votre lecture j’ai tout simplement synthétisé et supprimé certains parties : la description du quartier ou je vis ainsi qu’une grosse partie du C) du I/ car trop barbant pour des personnes n’habitant pas à Grenoble. Les photos de la première partie sont trouvés sur Internet (pas très belles), celle de la seconde partie sont prises par moi ! ^^

     

    DEVELOPPEMENT

    I/ ETUDE GENERALE  

    A)   Le site de la ville de Grenoble

    -HS- Enquête sur Grenoble
     

      La ville actuelle présente une surface plane, de 18,13 Km2. Elle est encaissée, c’est pour cela que l’on parle de la « Cuvette Grenobloise ». Alimentée par deux grands cours d’eau, Grenoble se trouve à la confluence de l’Isère et du Drac. Elle est également entourée de trois massifs montagneux : la Chartreuse au Nord,  Belledonne au sud-est et le Vercors à l’ouest. Grenoble qui c’est posé naturellement sur une grande plaine est donc un site aux caractéristiques plutôt atypiques. A noter qu’elle est la ville la plus « plate » de France.

    B)    La situation de la ville

      La ville de Grenoble fait partie de la région Rhône Alpes, une des six régions économiques des plus dynamiques de l’Europe. En effet, elle profite de deux aéroports internationaux (Lyon et Genève) desservies par un réseau autoroutier important.  De plus, Grenoble se situe dans le sud-est de la France. Elle est par conséquent située près de Lyon (120Km), capitale régionale et troisième plus grande ville du pays. Et a également comme pays voisins la Suisse et l’Italie.

     Grenoble est la capitale des Alpes et son agglomération compte plusieurs stations de ski ce qui d’elle une ville touristique, comme le montre cette image.

    -HS- Enquête sur Grenoble

      La population iséroise est jeune, 33% des habitants ont moins de 25 ans avec 1 Grenoblois sur 5 étant étudiant. On ressent la vivacité de cette jeunesse au niveau de ses quatre pôles d’excellence, reconnus au niveau international :

    ·        Le numérique

    ·        Les technologies de l’énergie

    ·        Les medtechs et la santé

    ·        La chimie et l’environnement.

    On peut donc s’interroger sur l’emploi à Grenoble.

    En Isère, 16% des emplois se situent dans le domaine de l’industrie. C’est 4% de plus qu’au niveau national. Grenoble affiche la plus forte densité d’emplois au secteur [recherche] de France, soit 7 ,1% des emplois pour la [conception / recherche] selon l’INSEE en 2015. Ce chiffre est semble vraisemblable selon l’article que j’avais posté sur Inovallée.

      Voici quelques entreprises multinationales installées à Grenoble : SCHNEIDER ELECTRIC,  CAPGEMINI, ARAYMOND, ROSSIGNOL, SOITEC, PETZL, POMA, TEISSEIRE, VICAT, ST MICRO ELECTRONICS…

     

    C)    L’organisation générale de la région urbaine

    Grenoble c’est avant tout, la ville (le centre).

     Il compte environ 160 000 habitant et s’étend sur environ 18 Km2. Depuis le haut de la Bastille on distingue les différents quartiers de la ville de Grenoble.

    -HS- Enquête sur Grenoble

     Le quartier de la vieille ville est le plus petit,  compris dans un espace de 9 hectares. Il est composé de petits immeubles, de places et d’églises. On repère le quartier par ses toits en tuiles orange et rouge.

     

    -HS- Enquête sur Grenoble

     

      On distingue, à droite de la vieille ville, partant de la porte de France deux artères rectilignes qui traversent la ville (boulevard Gambetta et boulevard Jean-Jaurès / Libération). Les immeubles bordant ces deux boulevards sont plus hauts, et d’architecture haussmannienne.

    -HS- Enquête sur Grenoble

      Plus loin, les quartiers créent à l’occasion de l’accueil des Jeux Olympiques d’hiver en 1968 (les trois tours). C’est à cette époque que de nouveaux quartiers apparaissent comme celui de l’île verte, la Villeneuve, le Village Olympique, le quartier d’Echirolles.

    -HS- Enquête sur Grenoble

     ( regardez le reflet des montagnes : c’est beau <3 )

    -HS- Enquête sur Grenoble

      Aux alentours de la gare, on aperçoit, les quartiers encore plus récents comme le quartier d’EUROPOLE, avec l’installation des entreprises nano-technologiques et de recherches

     

    Grenoble, c’est une aussi une agglomération.

      L’agglomération compte 49 communes depuis le 1er janvier 2015 et compte 447 000 habitants. Sa superficie est de 541 Km2 . Sa densité est de 813 hab/Km2.

    Grenoble appartient à la METRO comme 49 communes voisines. L’objectif de la METRO est d’améliorer la vie quotidienne de ses 450 000 habitants. Elle fédère les énergies de ces communs membres pour concevoir de grands projets.

    Des communes voisines qui ne se ressemblent pas !

    Grenoble est limitrophe (ligne imaginaire qui sépare deux espaces) de 10 des 49 autres communes qui composent la METRO depuis le 1er janvier 2015. Toutes les communes de la banlieue de Grenoble n’appartiennent pas à la METRO.

    Au-delà des villes de banlieue, on assiste à un étalement urbain. Au-delà des zones habitées, on retrouve sur la plaine et particulièrement le long de la vallée du Grésivaudan en direction de Chambéry des champs maraîchers. On y cultive localement des légumes.

    Sur les coteaux de ces mêmes secteurs, au pied des massifs montagneux, apparaissent des bois exploités en partie. Plus haut, sur les massifs, on distingue toujours des bois qui eux ne sont pas exploitables à cause de la topographie. A ce niveau, on commence à apercevoir la roche de la montagne.

     

    Grenoble et ses moyens de transport.

      Grenoble est une ville particulière, car entourée de montagnes. A la jonction de trois vallées, le trafic routier y est dense. Quatre autoroutes mènent à la ville (A41, A48, A49, A51) L’activité économique, comme dans toute métropole se concentre souvent à son centre et sa proche banlieue, créant inévitablement des bouchons. A cela se rajoute les chassés-croisés en période de vacances scolaires liés à la forte attraction des stations de ski régionales. C’est pour cela que Grenoble s’est dotée d’un réseau de transports en commun assez riche. L’agglomération a investi dans une nouvelle ligne de tram, la ligne E , reliant à St Martin le Vinoux au centre ville de Grenoble.

      Les transports en commun sont un vrai enjeu pour l’agglomération. Compte tenu de son site montagneux, l’air circule mal dans la cuvette, Grenoble souffre donc régulierement d’alerte à la pollution.

    Après les Vélos jaunes de la Métro, les bus à la demande, un nouveau service est apparut en octobre 2014 proposant une location de voiture électrique (partenariat Toyota –EDF) avec bornes de recharge un peu partout dans la ville.

     

    II/ LES QUARTIERS

    A)   Un quartier de la ville

    1. La « vieille ville »

    ·        De l’Isère à la place Notre-Dame 

     Nous sommes en présence d’un quartier d’environ 500 mètres de côté. Il naît au bord de l’Isère côté nord, et s’arrête aux limites du quartier Haussmannien.

     Nous pouvons facilement reconnaître ce quartier grâce à ces très petites ruelles pavées. Les rues ne sont pas droites et sont situées entre deux rangées de petits immeubles. Après avoir travaillé sur la rue Chenoise en classe, attardons nous sur la place saint André et ses alentours. Au centre, la statue du chevalier sans peur et sans reproche Bayard. Autour, une large place pour accueillir des marchands.

     On ressent une absence d’espace naturel ainsi que d’espace non urbanisé. La moindre parcelle de terre possède une utilité. Nous apercevons de vieux immeubles avec trois ou quatre étages très bas. Ils sont de couleurs foncées. Ce sont des habitations collectives. Au rez-de-chaussée des magasins marchands aujourd’hui multiculturels (indien, asiatique, arabe).

    C’est une activité de commerce de nourriture qui réside dans ce quartier (secteur tertiaire). Par exemple le Royal tandoori, un restaurant à spécialité indienne ou bien l’asian luneh, magasin de vente de nourriture asiatique. Je finis par une photo qui montre la différence entre ce quartier et le quartier Haussmann, qui va suivre :

     

     

     

     

    2. Le quartier Haussmannien

    ·       De la place Verdun à la place Victor Hugo

      Le quartier est au centre du Grenoble actuel. Il se situe derrière le précédent. Son développement principal a eu lieu entre la fin du 19ème et le début du 20e siècle. Les anciens immeubles sont rasés pour reconstruire des quartiers dans le style Haussmannien en vogue à l’époque. On peut remarquer de grandes voies rectilignes, encadrées par de beaux immeubles.

     

    La place Verdun possède au centre un jardin fleuri avec des bans pour se poser. Autour, les grands passages pour voitures. Le tout, encadré par l’ancien tribunal administratif et le Palais de l’Université entre 1875 et 1879 qui abrite une section d’IUT de nos jours. Il y a également l’Hôtel de la Division construite en 1862. A l’autre extrémité on trouve l’ancien cercle militaire, ex-école d’artillerie qui fut édifiée en 1858. On y remarque aussi une préfecture. On peut donc conclure que cette place s’est principalement développée au 19ème siècle.

    C’est une place large et espacée. Le quartier est très urbanisé, il n’existe donc pas d’espace naturel. En revanche, l’Homme a laissé de l’espace vert, comme deux parcs se situant à la place Verdun et à la place Victor Hugo.

    On trouve des logements en immeubles. Ce sont des bâtiments très hauts avec 5 étages et un sous toit typique du style Haussmannien. On remarque beaucoup de fenêtres, de petits balcons et des façades de couleur presque blanche. Il y a beaucoup d’espace. On peut voir des magasins du secteur tertiaire, des commerces chics surtout de vêtements, comme exemple les galeries Lafayette. L’ensemble nous laisse à penser que ce sont des gens aisés qui vivent ici, contrairement au quartier étudié précédemment.

    B)    Des quartiers différents

    3. Un quartier de la ville

     Quartier de Bonne

    Le quartier succède encore au précédent dans l’éloignement depuis l’Isère vers le sud. Il se développe principalement au 20ème et 21eme siècle. Ce sont des rues de taille et de rectitude qui permettent le déplacement par voitures, des trottoirs pour les piétons et des zones cyclistes pour les vélos.

    La place de la caserne de bonne est entourée par d’anciennes casernes militaires reconverties en immeubles d’habitation pour deux de ses côtés et par un centre commercial pour le dernier. Il y a des grandes voies autour aussi bien utilisées en vélo, voiture ou à pied. Il n’y a pas d’espace non urbanisé mais au contraire, beaucoup d’espace vert. On peut dire que la caserne de Bonne en a fait sa touche personnelle.

    Effectivement, on trouve une grande place et aussi, près du cinéma Le Méliès un endroit avec un étang aménagé et des arbres. On remarque les voies marquées par de petits bosquets de plantes qui rajoutent de la verdure et donne un aspect travaillé de nos jours.

    Les immeubles autour de la caserne, on trouve à la fois des immeubles des années 60-70 et de nouveaux immeubles très chics et modernes qui laissent de la place avec de grandes terrasses pour chaque appartement.

     

    La caserne de Bonne est aussi connue pour son complexe commercial. On retrouve toutes sortes de magasins comme Décathlon, Le vieux campeur, Impact, H&M etc...

     

     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l’extérieur se trouvent une boulangerie et des cafés. En dehors quelques commerces mais sans plus. On peut donc en déduire que c’est une population plutôt aisée qui habite dans ce quartier.

    4. Un quartier de banlieue

    ·       Gières

    Gières est une des plus proches banlieues de Grenoble au-delà de Saint-Martin-d’Hères qui avec le temps a fini, au moins géographiquement, par sembler être un quartier de Grenoble à part entière. Gières est située à l’Est de Grenoble, en plaine avec quelques collines autour. C’est au milieu du 20ème siècle, après la seconde guerre mondiale que se développe principalement ce quartier.

    Au centre, il y a un mélange d’immeubles individuels ainsi que de petites maisons. Autour de grandes routes bordées par des garages pour voitures.

    Dans ce quartier on trouve des espaces non urbanisés avec d’anciennes campagnes mais aussi des espaces verts puisque les maisons possèdent un jardin. Avec le temps, on remarque que ces habitations ont noirci, elles ont des couleurs ternes.

    Pour finir, comme je l’ai dit précédemment, il y a une très faible activité économique. Il existe une boulangerie, deux trois commerces rien de plus. En revanche, on peut voir beaucoup de garages de mécanique automobile. Pour clore, ce sont des habitants modestes qui résident dans ce quartier.

     

    CONCLUSION

    Notre étude est maintenant terminée. Nous sommes partis du plus général pour aller au plus particulier ; de Grenoble et sa grande banlieue à la notion de quartier.

    Nous avons vu qu’un quartier écrivait sa propre histoire, qu’il pouvait être modifié par la volonté de l’homme, que son territoire pouvait s’étendre et que à l’image du quartier de Bonne, un quartier à la base, réserve militaire pouvait renaître en un « ECO-QUARTIER » d’habitations avec une « Haute qualité environnementale », expérience pilote au niveau national.

     

     

    Ce très gros article m'aura pris environ trois heures et demi de réecriture + le fait de devoir rajouter les images manuellement via insertion, car la plateforme est mal foutue et n'accepte le C/C ... xD ! Bref, j'espère qu'il vous aura plu,

    Kips0 !

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • La poèsie c'est beau 

     

      Bonjour à tous ! Voici un nouveau Hors série qui sort ! Durant cette année ou j’ai passé mon bac de Français nous avions une anthologie poétique à faire. C’est-à-dire rassembler des poèmes, les présenter puis argumenter notre choix. Nos contraintes étaient d’avoir au moins un poème dans chaque catégorie : 16ème siècle, 19 ème siècle, 20 ème siècle, un poème engagé, un poème lyrique, un poème en prose et un poème en vers libre.

      Les sept premiers poèmes (septième compris) ont été fait entièrement par moi, les trois derniers par la seconde personne qui été avec moi. Son rôle dans l’anthologie a été très réduite de pars sa non volonté de travail bien que son rendus soit très bon. Je me suis permis de tout remettre à la personne du singulier comme c’est mon blog.

      Le projet ne fût pas noté mais j’y ai mit tout mon cœur. Toutefois je vous accorde que certains de mes propos sont exagérés et je ne pense pas tout ce que j’ai dis !

     

    1) BAUDELAIRE, La Charogne, Les Fleurs du Mal, 1857

    -HS- Anthologie Poétique
     

      Charles Baudelaire est un poète français né en 1821 et mort en 1867. Baudelaire est un homme rebelle, quelque peu torturé. Après les dépenses de l’héritage de son père et sa mise sous tutelle judiciaire il devient  journaliste et critique d’art. Il participe à la création d'un journal révolutionnaire : le Salut Public en 1848. Après plusieurs publications de compte-rendu, de contes et de traduction il rédige la seule grande œuvre de sa vie : Les Fleurs du Mal, qu’il publie 10 ans avant sa mort. Il ne mènera qu’une vie de bohème.

     

    Après sa période romantique, il s’oriente vers le mouvement dont il est le précurseur, le symbolisme. C’est un mouvement littéraire du XIX siècle qui encourage les artistes à exprimer leurs idées, sentiments et valeurs au moyen de symboles plutôt qu'explicitement. Baudelaire s’efforcera alors à fonder son art sur cette illusion symbolique et spirituelle du monde afin de garder une part de mystère dans ses œuvres.

     

     Baudelaire nous offre un poème lyrique mais aussi morbide qui évoque la décomposition d’un cadavre. Cette flagrante contradiction entre une femme et une charogne ma amené à choisir ce texte. De plus le poème aux vers réguliers ma impressionné de part sa structure : douze quatrains composés d’un vers en alexandrin puis un en octosyllabe et cela deux fois par strophe. Pour finir, le poète fait partit du 19ème siècle et remplissait donc un autre critère de l’anthologie poétique, confirmant donc notre choix.

     

    2) DESNOS, Le Legs, 1943

    -HS- Anthologie Poétique   Robert Desnos est lui aussi un poète français né en 1900 et mort en 1945 dans un camp de concentration, pour cause il était engagé contre le gouvernement de Vichy. Avec d’autres comme Aragon, Eluard ou Breton, ils forment le noyau des surréalistes. Après l’écriture de nombreux ouvrages il s’éloigna du mouvement. Il écrit ce poème engagé durant la période où la France était occupée par les Allemands, et dirigée par le gouvernement de Vichy. Et c’est sous le pseudonyme de Lucien Gallois qu’il publie ce texte avec d’autres.

     

    Le surréalisme est à l’initiative d’André Breton, son créateur à partir de la première guerre mondiale. Ce mouvement repose  sur le refus des toutes les constructions logiques de l’esprit et sur les valeurs de l’irrationnel, de l’absurde, du rêve, du désir et de la révolte. Le mouvement est caractérisé comme révolutionnaire.

     

     Connaissant cet homme, je savais qu’il était engagé. Ce poème ne m’était pas connut, seulement la triste fin de vie du poète. J’ai donc choisit ce texte pour son engagement mais surtout parce que c’est un sujet qui nous touche tous ne serait-ce quand histoire. De plus, le sonnet reflète ma pensée sur les valeurs de la France et le courage des résistants.

     

      3) DU BELLAY, « heureux qui comme Ulysse », Regrets, 1558

    -HS- Anthologie Poétique
     

      Joachim du Bellay est un poète français de la Renaissance né en 1522 et mort en 1560. Après une courte carrière militaire, il se penche vers des sonnets amoureux en décasyllabe comme dans l'Olive en 1549, qui fut son premier grand succès, sous l’influence du mouvement de la pléiade. C'est au cours d'un voyage à Rome entre 1553 et 1557 qu'il écrira sa plus grande œuvre, «Les regret», un recueil de sonnets élégiaques et satiriques qui comporte notre poème.

     

    L’origine de la pléiade, de son premier nom Brigade, est l’initiative de Ronsard qui décide de former, avec d’autres jeunes poètes comme son ami Du Bellay, un groupe de poète pour redéfinir de nouvelles règles poétiques. Ils prônent l’usage du Français contre celui du Latin et utilisent les genres poétiques de l’antiquité (élégie, sonnet, tragédie). C’est dans l’objectif de rendre le lustre et la grandeur à la langue française que Du Bellay rédige en 1549 une « Défense et illustration de la langue française ».

     Lorsqu’on lit le poème on se rend compte de l’inspiration de l’auteur pour l’antiquité. Comme notamment la référence dès le début au voyage d’Ulysse ou au mythe de la toison d’or. Cette période me plaisant beaucoup. De plus, mon choix c’est porté sur ce poème pour remplir la condition du 16ème siècle. La nostalgie évoquée par le poète du fait qu’il était en voyage à Rome m’a touché.

     

    4) PREVERT, Les belles familles, Paroles, 1945

      -HS- Anthologie Poétique Jacques Prévert est un poète français du 20ème siècle né en 1900 et mort en 1977. Après son certificat d’étude dans la poche et le service militaire passé, il rejoint le groupe d’André Breton, le surréalisme, avant de s’en éloigner car n’adhérant pas au communisme. A partir de 1932, il fonde le groupe Octobre et écrit des sketchs pour le théâtre populaire. C’est en 1946 qu’il publie Paroles. 

    Son mouvement littéraire principale est le surréalisme bien qu’il n’ait pas écrit Les belles familles sous l’influence de ce mouvement. Ce poème relate d’après nous une volonté satirique de l’auteur envers l’époque de la royauté et surtout de ses personnages qui serait, d’après lui, charlatans puisqu’ils ne mériterait pas leur place car ne sachant conter jusqu’à 20. Après tout, sinon pourquoi ce poème aurait était écrit. 

     J’ai choisit cet œuvre car elle ne relate pas du commun. En effet elle possède un aspect humoristique de la chose notamment par sa fin, peut-être satirique. De plus nous nous sommes demandé pourquoi Prévert avait fait le choix d’écrire le surnom d’un seul des Louis alors que plusieurs autres en possédaient un aussi, comme Louis IX dit le Saint-Louis. N’ayant pas de réponse à cette question, j’ai voulu le prendre pour la part de mystère qu’il laisse en nous. Pour finir le poème est écrit en vers libre et nous l’avons mit dans l’anthologie poétique aussi pour cela.

     

    5) HUGO, « Demain dès l’aube », les contemplations, 1856

    -HS- Anthologie Poétique   Victor Hugo est un écrivain, homme politique et poète français du 19ème siècle né en 1802 et mort en 1885. D’une famille bourgeoise, il vit son enfance à Paris. C’est à 14 ans qu’il écrit son premier poème et a 19 ans que le roi Louis XVIII lui verse une pension après avoir remarqué son talent. Entre 1827 et 1833, il est très actif puisqu’ écrit une pièce de théâtre, en représente une autre et publie son premier roman historique. En 1841 il est élu à l’académie Française et deux ans plus tard il perd sa fille Leopoldine, ce qui est à l’origine du poème que nous avons choisit. Sa plus grande œuvre est les Misérables qu’il achève en 1862. Sa vie politique atteint son paroxysme en 1871 ou il est élu à l’assemblée nationale puis sénateur en 1876, avant de s’éteindre en 1885.

     

    Ce grand personnage historique a appartenu au romantisme, un mouvement littéraire qui c’est développé en France au début du 19ème siècle. Il s’oppose à la tradition classique (rejette par exemple l’antiquité gréco-romaine) et au rationalisme des Lumières ; il vise une libération de l’imagination et de la langue. Lorsqu’on parle de romantisme on parle de l’expression du moi ainsi que l’importance des sentiments et la célébration de la nature.

     Mon choix c’est porté sur ce poème car je suis attaché à celui-ci. En effet, nous avons à l’école primaire tous apprit ce poème et il a laissé une trace en moi. On y lit une expression de sentiments très forts d’Hugo à sa fille et c’est cet attachement d’un père à son enfant qui nous a déterminé à le choisir. De plus, ce poème recense toutes les caractéristique du romantisme, une façon pour nous de représenter ce grand mouvement littéraire dans notre anthologie poétique. 

     

    6) PONGE, La pluie, Le Parti pris des choses, 1942

    -HS- Anthologie Poétique   Francis Ponge est un poète français du 20ème siècle né en 1899 et mort en 1988. Il n’appartient à aucun mouvement littéraire et à par conséquent gardé on indépendance. Il échoue tout d’abord en 1919 à des études supérieurs de philosophie et de lettre.10 ans plus tard il sera embauché chez Hachette mais licencié en 1937 car adhérant au parti communiste. En 1941 il s’engage activement dans la résistance tout en continuant l’écriture. Un an plus tard est publié son ouvrage majeur : « Le Parti pris des choses ». Il obtiendra finalement en 1984 le grand prix de poésie de l’académie française.

     

    Comme nous l’avons dit il n’appartient à aucun mouvement. Ce poème parle de la pluie et fait partit de son ouvrage majeur. En fait, l’auteur y défini un sujet du quotidien sous forme de court texte poétique tout en gardant une part d’irrationnel.

     

     Mon choix c’est porté sur cette œuvre car elle est une nouvelle fois originale. En effet, le poète a fais le choix de traiter d’un sujet quotidien ce qui à son contraire est peu banale dans le monde de la poésie et en plus de l’évoquer par la prose, mode peu répandu auprès des artistes. Ce poème ainsi que « Le Parti pris des choses » est sûrement donc plus réfléchi qu’il n’y parait et cela nous a beaucoup plus.

     

    7) ARAGON, Les Yeux d’Elsa, « Les Yeux d’Elsa », 1942

    -HS- Anthologie Poétique   Louis Aragon est un poète français du 20ème siècle né en 1897 et mort en 1982. Il commence par des études de médecine avant de rencontrer André Breton et de rejoindre le surréalisme et le dadaïsme ainsi qu’adhérer au communisme. En 1927 il devient journaliste à l’Humanité. Sa poésie est inspirée par l’amour qu’il porte à Elsa Triolet, sa femme qu’il rencontra en 1928. Il lui dédiera Crève-cœur en 1941 et Yeux d’Elsa en 1942, qui fait l’objet de notre choix. Ce poète reste aussi reconnue pour sa résistance contre le nazisme. Après la révélation des crimes du stalinisme il s’éloignera du communisme.

    Du fait qu’il quitte le surréalisme en 1932, il n’écrit pas le premier poème de son recueil Les Yeux d’Elsa son l’influence de ce mouvement. Ce poème utilise la métaphore des yeux pour parler des maux du monde et de ses consolations. Rappelons qu’Aragon aimait énormément Elsa qui fut sa muse. Il disait « la femme est l’avenir de l’homme ». La femme et les yeux sont donc deux sources d’inspiration pour son recueil et ce poème.

     Ce poème ma émue par sa beauté. En effet on retrouve une métaphore dès les premiers vers en comparant les yeux à un miroir. C’est aussi une sorte d’engagement puisqu’il écrit une femme qui pleure aux malheurs du monde. Finalement, nous avons tout simplement beaucoup aimé les vers ainsi que les sonorités produites par les rimes embrassées.

    Une pensée à mon petit chat bien sûr …

     

    8) LAMARTINE, Harmonies poétiques et religieuses, L’automne, 1830 

    -HS- Anthologie Poétique   Alphonse de Lamartine né à Macon, le 21 octobre 1790 et meurt à Paris le 28 Février 1869 est un poète, romancier, dramaturge et prosateur en même temps qu'un homme politique français qui participa à la Révolution de février 1848 et proclama la deuxième république. Il est un des chefs de file du romantisme français

    Lamartine nous propose ici un poème qui pourrait résumer a lui seul son mouvement. Le romantisme se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités de l'art afin d'exprimer ses états d'âme : il est ainsi une réaction du sentiment contre la raison, exaltant le mystère et le fantastique et cherchant l'évasion et le ravissement dans le rêve, le morbide et le sublime, l'exotisme et le passé. Idéal ou cauchemar d'une sensibilité passionnée et mélancolique. Ses valeurs esthétiques et morales, ses idées et thématiques nouvelles ne tardèrent pas à influencer d'autres domaines, en particulier la peinture et la musique.

     Riche en envolées lyriques en lien avec la nature et le rapport de l'homme a celle ci ce poème relate pour nous le sentiment exact ressenti lors de l'automne qui arrive. Le parallèle avec la mort est justifiée car on a réellement l'impression que la nature se meurt a l'automne, aucune mention n'est faite de la renaissance de la nature (le printemps) cela accentue la motion de beauté avant la mort "définitive" avec par exemple l'expression "revoir pour la dernière fois". La beauté de la saison est également décrite car bien que triste cette saison n'en reste pas moins belle avec notamment la mention aux feuilles colorées etc... Le regret est très présent ainsi que la mélancolie car on sait que l'hiver austère arrive.

     

    9) HOUELLEBECQ, configuration de dernier rivage, extrait du chapitre « week-end prolongé en Zone 6 »,  

    -HS- Anthologie Poétique   Michel Houel­le­becq naît le 26 février 1956 à La Réunion. Après une carrière d’in­for­ma­ti­cien, Houel­le­becq se fait connaître grâce à son premier recueil de poèmes : La Pour­suite du bonheur. C’est pour­tant le roman Les Parti­cules élémen­taires qui le révèle au grand public. Suite au succès de ce livre, l’écri­vain s’exile en Irlande avant de rejoindre l’An­da­lou­sie. Après la paru­tion de La Possi­bi­lité d’une île en 2005, l’au­teur est au cœur de la polé­mique lorsque sa mère, qu’il avait décla­rée morte, décide de régler ses comptes dans un livre. L’écri­vain connu pour ses descrip­tions de la misère rela­tion­nelle des hommes reçoit le prix Goncourt en 2010 pour La Carte et le Terri­toire. En 2014, il s’en­gage dans de multiples direc­tions artis­tiques : Jean-Louis Aubert chante ses poèmes dans Les Parages du vide et Houel­le­becq est à l’af­fiche de deux films, L’En­lè­ve­ment et Near Death Expe­rience.

    L’auteur n’est pas influencé par de quelconques mouvements littéraires. Dans ce poème c'est lui qu'il décrit explicitement avec le pronom "je" employé maintes fois. Avec des rimes croisées et embrassées ainsi que 4 quatrains (ainsi que du recul) il nous dresse un portrait de lui même au fil du temps, de ses jeunes années a son adolescence. Très différent des autres (selon lui) avec un passion certaines pour les mots (poèmes, phrases profondes qui rendent sa vie riche et complète..) qui l'a sans doute amené a devenir écrivain, houellebecq enfant était très porte sur l'intellect et solitaire (jamais la compagnie d’un être humanoïde n'a troublé mes nuits) il est même par ailleurs étranger sans doute du genre féminin par l'emploi du mot humanoïde.

     J’ai choisi ce poème car il est l'un des plus inspirant de l'auteur qui selon moi a écrit beaucoup de vers incompréhensibles mais qui poussent néanmoins a la réflexion. Le point de vue relativement nihiliste parfois de l'auteur et ses formes poétiques alambiquées nous on plu ainsi que son oeuvre romanesque dont la carte et le territoire qui fut prix Goncourt en 2011. L'auteur n'a pas de style particulier, il a surtout écrit des romans mais a tout de même crée une poésie fort originale.

     

    10) ELUARD, Capitale de la douleur, la courbe de tes yeux, 1926

    -HS- Anthologie Poétique Paul Eluard, de son vrai nom, Eugène Emile Paul Grindel, est né en 1895 et mort en 1952. C’est une nouvelle fois un grand poète du 20ème siècle. Il arrête ses études par souci de santé mais deux ans plus tard en 1914 il sera mobilisé pour la première guerre mondiale.  C’est à ce moment la qu’il écrit ses premiers poèmes marqués par son adhésion aux idées pacifistes. Au lendemain de la  Guerre, il fait la connaissance de Breton, d'Aragon et d’autres… Il participa au mouvement Dada avant d'être admis dans le groupe de Littérature et de s'engager au sein du surréalisme. Au cours d'un voyage, il rencontre Maria Benz (Nusch) qui devient sa muse et lui inspire ses plus beaux poèmes d'amour. Plus tard il s'engage dans la Résistance et publie plusieurs ouvrages dans la clandestinité dont le célèbre poème Liberté.

    Adhérant au surréalisme, rien ne sert de re-présenter le mouvement. Son poème est placé sous le signe de la joie d'aimer et du partage amoureux. Il y fait l’éloge d’une femme par ses yeux, du couple aimant « La courbe de tes yeux… » « Et tous mon sang coule dans… » ; Relatant d’une relation fusionnel. Il fait référence également à la dépendance de l’homme envers la femme « dépend de » vers 14. Bref, nous avons trouvé une certaine ressemblance entre ce poème et celui d’Aragon pour sa muse Elsa.

     J’ai choisi ce texte pour la complémentarité qu’il apporte à celui de Louis Aragon. De plus, on a ressenti à travers ce texte une certaine légèreté notamment grâce aux références à la nuit (nocturne), à l’aurore, aux ailes ou encore  à la lumière. C’est aussi cette évocation des sens « parfums » et « des couleurs » qui me permet de rêver en lisant ce poème.

     

    Désolé l'écriture a bugé au septième poème, pas réussi à régler cela ! En tout cas j'espère que le partage vous aura plu,

    Kips0 !

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique