• Sociologie

     

    Socialisations et groupes sociaux !

     

    Bonjour à tous ! Après quelques jours d'absences, je reviens sur le blog avec un nouvel article dit de culture. On traitera aujourd'hui de sociologie.

     

     L’étude des comportements et des groupes sociaux au sein de la société se nomme la sociologie. Elle apparaît au début XXème siècle en France par Emile Durkheim et en Allemagne avec Max Weber. Tout sociologue doit lutter contre les prénotions qui sont des idées toutes faites et il doit tenter d’en modifier le sens après avoir opéré une étude scientifique sur ce thème.

    Nous allons étudier deux chapitres de sociologie : la socialisation et l’identité sociale d’un individu et les groupes sociaux.

     

    I/ La socialisation et l'identité sociale d'un individu 

    Vivre en société suppose d’apprendre des règles et des idéologies propres à une époque, à un pays, voire à un groupe d’appartenance. Ceci nous amène à nous interroger sur la socialisation.

     

      La socialisation est un processus d’acquisition des valeurs, normes et pratiques spécifiques à une société. Les valeurs sont une manière de penser, un principe propre à un groupe social, il correspond à un idéal. Les normes sont des règles qui dictent la conduite, établies soit par textes de lois soit par la coutume, on peut l’associer à une loi. Finalement les pratiques sont les façons d’agir habituellement : le comportement.

     Pour concrétiser le tout, je vous propose l’exemple du respect. En effet, il est une valeur qui se décline entre autre dans une norme : le fait de dire bonjour qui elle-même se décline en plusieurs pratiques en fonction des pays ou des groupes comme se serrer la main, se faire la bise...

    La socialisation permet à un individu d’acquérir une identité sociale et d’intégrer le groupe auquel il appartient. Il en existe plusieurs types.

     

       De nombreux acteurs contribuent au processus de socialisation. On parlera de socialisation primaire lorsqu’elle est effectuée durant l’enfance et l’adolescence par la famille et l’école et on parlera de socialisation secondaire pour qualifier la poursuite du processus tout au long de la vie.

     

      Des individus peuvent être amené à côtoyer des groupes très différents dès leurs plus jeune âge ce qui modifie parfois radicalement leur identité. Ce processus complexe, souvent douloureux peut résulter d’une identification préalable ou d’un événement inattendu comme la perte d’un emploi, on parle alors de socialisation différentielle. Annie Ernaux illustre très bien cette socialisation car elle symbolise la réussite scolaire puis professionnel alors qu’elle est issue d’un milieu populaire. Dans "Une femme" elle montre son éloignement progressif de sa mère, une ancienne ouvrière alors qu’elle-même est devenue agrégée de lettre et écrivaine.

    La socialisation différentielle se vérifie aussi entre les hommes et les femmes qui sont socialement construis comme différent dès l’enfance. Ainsi, les normes inculquées différemment selon le genre se traduit à l’âge adulte par des inégalités Hommes/Femmes (rappelons quand droit il n y a plus d’inégalité selon le sexe alors qu’elle se vérifie encore dans les faits).

     

      L’identité d’un individu est au carrefour de nombreuses influences. On constate que les NTIC (nouvelle technologie de l’information et de la communication) occupe une place de plus en plus importante dans la socialisation ; au point de l’inverser. C’est le cas par exemple quand des enfants initient leurs parents à l’utilisation de ces technologies. La socialisation est donc un phénomène à double sens.

    La socialisation paradoxale c’est développé depuis les années 70-80 avec la montée de l’individualisme qui caractérise toutes les sociétés modernes.

     

      Pour finir, au cours de la socialisation secondaire, l’identité se reconstruit. Le présent et le futur dans lequel on se projette introduisent des éléments de rupture. Un événement politique comme Mai 68 peut ainsi avoir un effet socialisateur. De la même façon, l’identification à un groupe de référence prestigieux peut produire une socialisation anticipatrice. Mais le passé demeure inscrit dans l’individu et des expériences présentes peuvent réactiver des dispositions héritées de la socialisation primaire.

     

     

     

    II/ Les groupes sociaux 

     La vie en société est synonyme d'appartenance à des groupes sociaux. Or certains regroupements d'individus ne constituent pas des groupes sociaux et peuvent  prendre des formes variés : une foule, un syndicat, une famille, une classe etc... Peut-on parler dans ce cas de groupe social ?  

     

      Il n'est pas rare de voir des individus se rassembler physiquement en un même lieu pour assister à un spectacle, manger au restaurant ou prendre les transports en communs. Pourtant ses regroupements ne constituent pas des groupes sociaux. En effet, un groupe social est un ensemble d'individus montrant deux caractéristiques. Tout d'abord les membres du groupe entretiennent des relations directs ou indirects. Et ensuite, ils ont conscience d'appartenir à la même entité.

    Il ne faudra pas confondre groupe social et catégorie sociale (simple catégorie statistique).

      On distingues généralement deux types de groupes sociaux. Ceux dont la taille est réduite et dans lesquels les relations sont intenses, fréquentes voire intime. Ce sont les groupes primaires. Un autre groupe se caractérise par des relations marqué par l'utilité ainsi que la formalité. L'intensité est moins forte, on parle alors de groupe secondaire.

      Au couple primaire-secondaire s'ajoute un autre type d'opposition qui concerne le groupe d'appartenance et le groupe de référence. Si l'individu est socialisé au sein de son groupe d'appartenance, il arrive qu'il prenne pour modèle de comportement les normes et les valeurs d'un autre groupe social : c'est ce qu'on nomme le groupe de référence. L'adaptation au groupe de référence constitue une socialisation anticipatrice.

     

    En conclusion, on pourra dire que ces deux chapitres composés d'un vocabulaire très spécifiques sont étroitement liés mais qu'il ne faut pas confondre les différentes socialisations des différents groupes.

     

      Merci de m'avoir lu, ces deux chapitres de socialisation sont entièrement tirés de mon cours de SES (science d'économie et de social). Bonne vacance à tous les étudiants. Pour me soutenir, laissez un "j'aime" sur Facebook, twitter ou Google + et commentez,

    Kips0 !

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    6
    Lundi 19 Octobre 2015 à 18:42

    D'accord !

    5
    Lundi 19 Octobre 2015 à 18:10

    Tu aimes bien ? Moi j'adore ! Tu as quoi comme option ? Moi je choisirais science-po paris :)

      • Lundi 19 Octobre 2015 à 18:40

        Ça va, j'ai choisis option maths ^^

    4
    Lundi 19 Octobre 2015 à 18:05

    Tu es donc en Terminal ES ? ^^

      • Lundi 19 Octobre 2015 à 18:06

        Oui :)

    3
    Lundi 19 Octobre 2015 à 18:03

    Ça me rappelle tellement mes cours de socio de l'année dernière ^^

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :